Carlos Araya : 30 ans de passion et de sacrifices

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

BeFunky-collage (1)

Carlos Araya pourra comme sa troupe Anonymus affirmer qu’il est parti de rien à grande vedette de la scène au Métal au Québec. Grizzly Média s’est entretenu avec l’illustre musicien qui compte plus de 30 ans de carrière, 30 ans de passion à ¨varger sur un drum¨, mais surtout 30 ans de sacrifices.

L’artiste qui a commencé à jouer de la batterie à l’âge de 15 ans ne compte pas arrêter dans les prochaines années. Le batteur affirme avoir autant de plaisir et souligne qu’il a évolué énormément dans ses années d’activités derrière les tambours et cymbales. « Je pense qu’on entend bien l’évolution que j’ai eu dans notre dernier album avec Anonymus (Sacrifices). Je suis fier de l’artiste que je suis devenu », déclare l’homme qui est aussi derrière la batterie du groupe BARF.

Ce dernier a également discuté lors de l’entrevue comment il partage son horaire musical et de son travail avec son deuxième groupe. Il mentionne que si la musique est différente, l’amitié et le fun est réel autant qu’avec Anonymus et que tous ses amis s’aident pour le bien des deux formations.

Il ajoute en fin de discution qu’il espère une réunion de Mononc’Serge et Anonymus pour un troisième album. Une union dont il est très fier d’avoir fait partie.

Grizzly Média s’entretient derrière le drum avec le seul et unique Carlos Araya

Grizzly Média remercie ses partenaires : Doddly pizza ,Garage Jim AutoAJC Fenextras Beauce,Beauce Boeuf , Studio Énergie Plus , Les Douces Folies de Nickie et Gestion Informatique P.C. 

40680_461623825860_2662400_n

18813281_1959851020926375_2509112633048549384_n22656303_10203733114363759_1040414083_nhqdefault

Publicités

Plein Gaz sur le coureur automobile Gab Linteau

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

BeFunky-collage

Le pilote automobile, originaire de Pont-Rouge, Gabriel Linteau connaît un début de carrière plus qu’intéressant au Québec dans le circuit sport compact élite en montant de nombreuses fois sur le podium.

Le jeune athlète travail sans relâche pour améliorer ses performances lors de chaque saison. Le conducteur qui a déjà été nommé recrue de l’année sur deux pistes différentes dans la Belle Province compte mettre la main sur le championnat en 2020.

« Je suis perfectionniste et je veux toujours faire mieux. L’an prochain je vise de finir au premier rang et je crois en mes moyens avec le support de mon équipe et de mes commanditaires », affirme le sportif automobile.

Grizzly Média fonce plein gaz avec Gabriel Linteau dans une entrevue ou aucune vitesse ne sera trop exagéré.

Grizzly Média remercie ses partenaires : Doddly pizza ,Garage Jim AutoAJC Fenextras Beauce,Beauce Boeuf , Studio Énergie Plus , Les Douces Folies de Nickie et Gestion Informatique P.C. 

40680_461623825860_2662400_n

18813281_1959851020926375_2509112633048549384_n22656303_10203733114363759_1040414083_nhqdefault

 

Jean-François Foy : Un homme de cœur qui roule avec la passion du trucker

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

BeFunky-collage (2)

Le trucker Jean-François Foy, qui roule depuis plus de 40 ans sur les routes du Québec, du Canada et des États-Unis et qui a déjà été nommé le routier de l’année au pays en 2007 par la prestigieuse revue Highway Star est un camionneur passionné par son métier et un homme de cœur. 

Celui qu’on surnomme ¨L’Irlandais ¨, qui possède sa compagnie Transport De Foy Inc depuis 1983, est reconnu pour son implication sociale ayant notamment porté sur ses épaules pendant quelques années le Festival du Routier de Donnacona et St-Tite, un événement qui avait été créé pour aider sa fille Paméla et ses amis, tous des enfants différents.

M. Foy possède un des plus beaux camions en Amérique du Nord alors que son nom n’est plus à faire dans les concours de style ¨Show and Shine¨ avec plus de 30 prix remportés au Canada et aux États-Unis. « C’est une grande fierté pour moi de l’amener dans les événements et d’être reconnu dans l’industrie comme un camionneur fier de sa machine », dit-il.

L’entrepreneur souligne que la priorité pour lui dans sa compagnie est de continuer d’avoir un volant dans les mains et qu’il compte bien dépasser les 50 années de travail dans un camion. « C’est la base de mon travail, la passion de conduire les gros mastodontes de nos routes et le feu est encore là », conclut M. Truck.

Grizzly Média remercie ses partenaires : Doddly pizza ,Garage Jim AutoAJC Fenextras Beauce,Beauce Boeuf , Studio Énergie Plus , Les Douces Folies de Nickie et Gestion Informatique P.C. 

40680_461623825860_2662400_n

18813281_1959851020926375_2509112633048549384_n22656303_10203733114363759_1040414083_nhqdefault

 

 

L’amour du tennis et les sacrifices ont permis à Aleksandra Wozniak de jouer dans l’élite

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : CBC

BeFunky-collage (1)

Aleksandra Wozniak a pris sa retraite comme joueuse professionnelle de tennis il y a quelques temps déjà, mais la sympathique jeune femme qui a marqué l’histoire de son sport au Canada continue de faire parler d’elle en s’impliquant dans la relève et dans le société.

La jeune femme révèle qu’elle a beaucoup de difficulté à dire le mot ¨non¨ et qu’elle a beaucoup de plaisir à redonner aux gens. « J’ai été chanceuse d’avoir des parents qui ont sacrifié beaucoup pour moi. J’aime partager mes histoires, mes connaissances et aider la relève au maximum pour que ceux-ci puissent aussi atteindre leurs rêves », souligne Wozniak.

Cette dernière a été intronisé dernièrement au Temple de la renommée de la Coupe Rogers, un honneur qu’elle a reçu avec beaucoup d’émotions entourée de toute sa famille. Elle affirme que son beau moment a été savouré en famille. « Ma famille a fait partie de mes succès toute ma vie », déclare l’ancienne vedette du tennis canadien.

Dans cet entretien avec Gabriel Gignac, Aleksandra a discuté sans retenue de sa vie avant, pendant et après le tennis, son premier amour qui est toujours présent. Wozniak parle avec passion de sa vie, soit celle d’une sportive qui a tout donné pour son sport, sa passion, ses sacrifices, tout ça dans le but de marquer l’imaginaire des gens, mission accomplie Mme Wozniak.

Grizzly Média remercie ses partenaires : Doddly pizza ,Garage Jim AutoAJC Fenextras Beauce,Beauce Boeuf , Studio Énergie Plus , Les Douces Folies de Nickie et Gestion Informatique P.C. 

40680_461623825860_2662400_n

18813281_1959851020926375_2509112633048549384_n22656303_10203733114363759_1040414083_nhqdefault

 

Katerine Savard : Quand le poisson devient Nadia Butterfly

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

BeFunky-collage

La nageuse Katerine Savard est non seulement la nageuse canadienne a avoir remporté le plus d’honneur sur la scène internationale, la jeune femme originaire de Pont-Rouge ajoutera en plus comme flèche à son arc celui d’avoir décrocher le premier rôle d’un film fort attendu à sa première participation alors que celle-ci jouer le rôle de Nadia dans Nadia, Butterfly du réalisateur Pascal Plante, production qui sera en cinéma en 2020.

La sportive, qui au départ devait seulement être une consultante pour le film, a décroché le rôle à la suite d’une audition. Elle a passé le test rapidement par son aisance et par le fait que le réalisateur souhaitait avoir une vraie nageuse pour ajouter au réalisme du film. « Je laisse toujours transparaître mes émotions dans la vie et ça m’a aidé grandement devant la caméra. Je me suis fait dire que j’étais bonne dans mon rôle par l’équipe. J’ai hâte de voir l’opinion du public en espérant qu’il aime mon travail. Je ne dirais pas non à une autre participation devant la caméra dans le futur si une option intéressante se présente  », évoque la sympathique athlète.

Un autre élément qui a aidé Katerine pour son rôle est que celle-ci a vécu et vit des similitudes avec le personnage. « Je n’y ai pas pensé au départ, mais oui c’est évident. Nous sommes les deux nageuses, nous attaquons tous deux nos derniers Jeux olympiques, mais à la base je suis Katerine et elle Nadia », souligne Savard.

Cette dernière finira le tournage du film dans les prochaines semaines avant de conclure sa préparation en vue de ses derniers Jeux olympiques. Elle compte bien tout donner et surtout s’amuser, car le poisson dans l’eau en elle est toujours bien présent. « Je n’ai plus rien à prouver, alors j’y vais pour m’amuser. Je suis encore passionnée par la nage et j’ai confiance en mes moyens, je veux savourer le moment présent », conclut l’athlète.

Synopsis du film : Drame sportif dans lequel Nadia, 23 ans, nage pour le Canada aux Jeux olympiques. Par peur de rester piégée dans le monde éphémère du sport de haut niveau, Nadia a pris la décision de se retirer après les Jeux. Elle compte donc accumuler un maximum de souvenirs de son passage aux JO. Accompagnée de sa partenaire d’entraînement, elle dérape au rythme des excès cachés du village olympique, dans lequel sexe, alcool et drogues sont chose commune. Cet étourdissement transitoire n’occulte toutefois pas sa quête réelle, celle de trouver son identité profonde en dehors du monde de la natation.

Grizzly Média remercie ses partenaires : Doddly pizza ,Garage Jim AutoAJC Fenextras Beauce,Beauce Boeuf , Studio Énergie Plus , Les Douces Folies de Nickie et Gestion Informatique P.C. 

40680_461623825860_2662400_n

18813281_1959851020926375_2509112633048549384_n22656303_10203733114363759_1040414083_nhqdefault