Steve O Leff de Rockin’ Engine aux commandes de la machinerie lourde musicale

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

Natif de Saint-Georges en Beauce, Steve Lefebvre, mieux connu sous le nom de Steve O Leff de la formation Rockin’Engine, est présentement aux commandes d’une formation qui offre de la musique lourde, puissante, du bon vieux hard rock et heavy métal, qui sonne comme une tonne de briques avec des textes engagés qui n’ont pas peur des sujets tabous.

Le Beauceron qui habite aujourd’hui dans la région d’Ottawa a lancé dernièrement avec son groupe un nouveau EP intitulé ¨The wretched and the damned ¨, qui définit mieux ce que le quatuor ontarien veut offrir à ses admirateurs.

 « Nous avions déjà lancé un album pour offrir du matériel aux auditeurs, mais je crois que maintenant nous savons mieux qui nous sommes et le son qui nous définit comme band. Nous allons avoir du plaisir à jouer ce son sur scène dès que l’on pourra », souligne le chanteur.

Si la chanson ¨Let It Burn¨ donne le ton à l’album et que le morceau ¨I Sold My Soul To The Devil¨ met la pédale dans le tapis, la ballade ¨Broken Angel¨ pourrait bien être le titre qui retient le plus l’attention sur ce petit album.  « Je l’ai chanté une fois sur scène seulement et j’ai eu de la difficulté à la finir. Les paroles parlent d’une femme que je connais et que j’ai aidée au maximum de mes capacités. Cette dernière a vécu des agressions sexuelles dans son enfance et son adolescence par son père. L’histoire et les paroles sont positives vers la fin, mais on entend et on comprend toute la souffrance au début de la composition », raconte Steve.

Le sympathique et charismatique chanteur se tient au courant de ce qui se passe en Beauce et souhaiterait pouvoir venir jouer sur la nouvelle scène extérieure de la Ville de Saint-Georges dès que la pandémie sera terminée.  « Je serais plus d’heureux de revenir chez moi pour y jouer devant parents et amis. Les Beaucerons savent rocker et je suis convaincu qu’on aurait une méchante belle soirée », conclut le musicien avec la sourire.

Arianne Fleury Chante la légende et écrit la sienne avec Empire de Mu

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

Ancienne membre de Augury, la chanteuse Arianne Fleury a été inspiré par l’ouvrage de James Churchward « Mu le continent perdu » , une lecture qui a complètement changé sa perception de la vie et de la nature et qui lui a tracé le chemin pour lancer son propre band death métal, Empire de Mu.

C’est une artiste inspirante qui n’a pas peur de s’affirmer qui a raconté au micro de Grizzly Média son parcours dans la musique. La chanteuse a la voix puissante est fier du chemin parcouru par son groupe et souligne qu’un deuxième album est déjà en préparation. Arianne raconte que le premier album racontait l’histoire, peu importe l’ordre d’écoute des pièces, on pouvait comprendre le récit de cette légende. Elle affirme que ¨Spiritual Demise¨ a mis la table pour le futur de Empire de Mu.

Cette dernière souligne que le plaisir qu’elle a de chanter, son énergie, sa pratique et le fait qu’elle prenne soin de santé lui permet d’améliorer sa voix de façon continue. Elle souligne que le niveau de difficulté de chanter en trois langues comme elle le fait est loin d’être facile, mais que ce challenge la motive au plus haut point.

Pour entendre un son différent dans le death métal, une histoire qui est raconté et une voix unique, Empire de Mu présente un son innovant.

Bravo Arianne !

Krista Shipperbottom de Lutharo : Comme une louve qui hurle à la pleine lune

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

Lorsqu’on entend la voix de Krista Shipperbottom du groupe Canadien Lutharö, on a l’impression d’entendre une louve qui hurle à la lune durant la nuit, soit une voix puissante, douce, avec du caractère et qui est prête à tout déchirer dans un instant. Après avoir lancé deux EP’s, le band prévoit lancer un premier album complet en 2021, ce qui pourrait clairement faire avancer les projets importants pour cette force canadienne du métal.

Au micro de Grizzly Média avec Gabriel Gignac, la sympathique artiste a parlé de sa carrière, comment Angela Gossow, ancienne chanteuse de Arch Enemy a influencé sa carrière, comment la pièce ¨Wings Of Agony¨ raconte une partie de son histoire et celle de nombreux artisans de la musique. Krista a également donné quelques détails concernant le premier album complet de Lutharö.

Après ses hurlements à la lune et la mélodie qui entoure celle-ci, la voix de Krista et le talent de ses musiciens pourraient clairement trouver des oreilles de grands producteurs qui découvriraient des talents purs, des vedettes en devenir.

En pleine noirceur avec Mel Mongeon de Fuck The Facts

Texte et entrevue de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

Le groupe canadien Fuck The Facts roule sa bosse depuis déjà une une vingtaine d’années et a toujours réussi a trouver du succès dans le milieu de la musique underground de type ¨grindcore¨. Le band revient avec un album puissant, ¨Pleine noirceur¨, avec des vocales violents signés par la seule et unique chanteuse Mel Mongeon.

Gabriel Gignac de Grizzly Média s’est entretenu avec la chanteuse afin d’en savoir plus sur sa carrière, sa relation avec son amoureux qui est également un des leaders du band Fuck The Facts sans oublier comment celle-ci vit sa carrière en étant parallèlement mère de deux enfants.

La chanteuse qui avoue prendre soin du choix des mots dans ses textes souligne que le nouvel album de décevra pas les admirateurs. Il faut mentionner qu’il s’agissait de la première fois depuis longtemps que les trois piliers du band se retrouvaient pour écrire des nouvelles chansons avec l’objectif d’en faire un cd complet.

Si vous pensez que la bête de scène a perdu de son énergie détrompez-vous….Mel Mongeon croit que Fuck The Facts a encore beaucoup a donné à la musique et ses fidèles pour le grand bonheur de tous…. comme quoi tous n’est pas si sombre…

Merci Mel !

En direct de l’abattoir avec Dominic Brillant de Meet The Mailman

Entrevue et texte de Gabriel Gignac / Photo : Courtoisie

Des sonorités trash métal avec une petite touche de punk, le groupe Meet The Mailman, mené par le guitariste Dominic Brillant, fait son chemin sur la scène locale et internationale de la musique alors que le band lancera à l’été 2021 son troisième album en carrière, et ce, après avoir fait des tournées aux USA, avoir fait les premières parties de groupes Helloween et Wednesday 13 sans oublier des Festivals qui pouvaient compter sur plusieurs têtes d’affiches importantes de la scène métal.

Selon Dominic, l’amitié entre les membres et la passion pour la musique fait la force de Meet The Mailman. « Avant d’être un groupe, on est des amis depuis que nous avons l’âge de 15 ans environ. Nous aimons le même style de musique, le trash et le punk. Notre style trash à nous est de jouer entre deux styles, avoir des thèmes qui tournent autour de l’horreur et d’avoir chacun notre look de scène sans en avoir un défini. Nous sommes notre propre modèle de trash », affirme le guitariste.

L’artiste poursuit sa conversation avec Gabriel Gignac de Grizzly Média en affirmant être fier du nouveau logo de band qui donne une nouvelle signification et une image au Mailman.

Meet The Mailman continue de rouler sa bosse et de prendre toutes les belles opportunités qui lui sont offertes. Le troisième album devrait encore mieux confirmer la place de cet armée de musiciens comme les vrais rois du trash métal de la Ville de Québec.

Le groupe offrira un concert virtuel en direct l’Anti de Québec le 30 janvier 2021. 100% des profits du groupe engendrés par la vente de billets du concert virtuel sera remis entièrement à la Fondation de Lauberivière